C’est toujours un plaisir de voir de nouvelles personnes se joindre à nous ! On s’est réuni afin de faire un brainstroming avec Willy Leloutre qui a présenté son projet “culture code”. Après sa présentation (voir ci-dessous), nous avons fait un brainstorming pour lui donner des idées. Comme son projet est quasiment terminé (il commence des activités sur les temps périscolaires, en septembre), nous espérons qu’on a quand même pu donner notre petite graine agile à son projet.

En tout cas, nous étions tous emerveillés par l’énérgie de Willy et la beauté du projet. On retient également, qu’il suffit de vouloir changer les choses à son niveau (au lieu de râler). Bravo Willy !

Voici le texte de Willy :

Le projet “Culture-Code”

L’ère analogique est bien terminée, et pour autant, force est de constater que la création d’outils numériques peine à s’intégrer dans les mœurs françaises.
Ce que nous appelons “codage, programmation, développement numérique”, fut enseigné comme option au lycée depuis le début des années 1980 (d’abord dans une dizaine de lycées puis généralisé en 1985), la matière, taxée d’élitisme, est supprimée lors de la rentrée 1992.
Elle est alors remplacée par l’enseignement de «l’informatique-outil», qui consiste à apprendre aux élèves à se servir de logiciels bureautiques et à chercher de la documentation grâce à un ordinateur pour réaliser des travaux dans d’autres disciplines.
Nous devons nous rendre à l’évidence, nous sommes en phase de perte de vitesse importante dans le développement numérique. Comment préparer la société numérique de demain en se satisfaisant de cours de Word ? Comment accepter de placer nos jeunes générations dans un rôle de consommateur de produits informatiques plutôt que de leur offrir l’ouverture et le bagage intellectuel pour créer et faire évoluer leurs propres outil ?

Il ne s’agit pas là de chercher à « produire » des petits génies de l’informatique mais de profiter de la facilité d’apprentissage des enfants pour leur transmettre les bases logiques du monde qui les entoure et leur donner les clés pour le maitriser. Le numérique n’est pas magique. Le numérique n’est pas l’apanage des ingénieurs. Le numérique n’est pas sexué. Le numérique est accessible à tous quelles que soient ses origines sociales. Le numérique s’apprend… en s’amusant !

En France de nombreuses actions de sensibilisation des plus jeunes sont déjà en place pour amorcer la création d’une future lignée de codeurs ! comme par exemple :

  • les coding goûter -> des ateliers pour apprendre à coder,

  • les Voyageurs du Code -> sensibilisation – formation du grand public,

  • Magic Makers -> ateliers de programmation créative pour les enfants,

  • Kids Coding Club -> fait découvrir la programmation aux enfants et à leur parents,

Tout ceci est très intéressant, mais pendant que nous commençons à sensibiliser quelques individu en (île de) France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les États-Unis, forment déjà les jeunes enfants (dès cinq ans), aux logiques numériques, algorithmiques, …

Pendant que nous apprenons à utiliser des outils de bureautique, d’autres pays apprennent à penser différemment et à envisager le monde tel qu’il est et comme il le sera encore plus demain : profondément numérique !

Comment résoudre les enjeux de demain avec les mécaniques de pensées d’hier ?

Face à ce constat, cette urgence, quelques personnes, impliquées et passionnées par le numérique, l’économique, les questions sociétales et l’éducation, se sont rencontrées pour imaginer une réponse, un projet pour permettre à nos enfants d’aborder l’avenir avec les mêmes chances que leurs voisins américains, asiatiques et européens.

De quoi parle-t-on ? Former les plus jeunes (7-14 ans) à la programmation, au développement numérique, au < code > !

Avec quels moyens ?
Un enseignant, des ordinateurs (ou nano-ordinateurs), des jeux ludiques et interactifs qui permettent de placer les enfants du côté du créateur, et non de l’utilisateur. Une solution très répandue est le logiciel “Scratch” http://scratch.mit.edu/ avec cette solution, vous pouvez programmer vos propres histoires interactives, vos jeux et animations, …

Pour quels résultats?
Les connaissances rudimentaires de nos ingénieurs dans ce domaine posent un problème pour la compétitivité industrielle de la France. L’objectif vise à maintenir l’économie numérique de la France, nous (re)positionner comme Pays innovant, à forte créativité numérique.

Ce projet, est soutenu par Madame la Député du Calvados Nicole Ameline, Monsieur le Directeur académique à l’éducation nationale Jean-Charles Huchet et avec le concours de Sophie Gauguin, Maire de Dozulé, et d’autres collectivités. Nous travaillons pour qu’à la rentrée de septembre 2014, de premières écoles primaires pilotes, bas-normandes, proposent l’enseignement du développement numérique du CE2 au CM2 sur le temps périscolaire…pour commencer !

Nous avons besoin de d’implication politique, d’écoles pilotes, de relais de communication, de soutiens et de facilitations.

Ce projet vise sous 1 à 3 ans, à une intégration dans le programme officiel de l’éducation nationale.
Ceci implique la formation des formateurs déjà en place, la mise à disposition de ressources en ligne, de workshop, la création de nouvelles formations d’apprentissage post collège, et peut-être la révision des programmes des écoles supérieures.
       
Les participants (merci de nous contacter pour ceux dont le nom n’est pas cité ici)
Willy Leloutre, Sylvain Syssmann, Laurent Bossavit, Hervé Marie, Alexandra Becue, Emilie Sulmont, Jean-Luc Lambert, Mathieu Lallemand, Eve Vinclair-Berkmeier
Une petite pause pendant le mois d’Août et on va reprendre le premier mardi en Septembre !
Tags: